Lettre ouverte à une Hache de guerre (suite et fin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lettre ouverte à une Hache de guerre (suite et fin)

Message  Victor.Digiorgi le Lun 19 Avr - 12:52

.

De l'écriture comme moyen thérapeutique de se débarrasser de tout ressentiment.

.

Victor.Digiorgi

Messages : 409
Date d'inscription : 10/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre ouverte à une Hache de guerre (suite et fin)

Message  Gondolfo le Lun 19 Avr - 12:56

une tautologie ? Very Happy

Gondolfo

Messages : 235
Date d'inscription : 10/03/2010
Localisation : Paris city

Voir le profil de l'utilisateur http://thegondolfotravellerpoetclub.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre ouverte à une Hache de guerre (suite et fin)

Message  Victor.Digiorgi le Lun 19 Avr - 13:04

.

C'est possible. Cool

.

Victor.Digiorgi

Messages : 409
Date d'inscription : 10/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre ouverte à une Hache de guerre (suite et fin)

Message  Victor.Digiorgi le Lun 19 Avr - 13:04

.

Tu étais à Santiago du Chili.

J'étais à San Francisco, en Californie.

Tu avais mis quatre ans. Quatre ans de courriers. Quatre ans de patience. Quatre ans de charmes. Quatre ans à me déifier pour le moindre propos. Je n'ai jamais très bien compris pourquoi.

Tes louanges étaient belles et cela était beau. C'est tout ce qui comptait pour moi, c'est tout ce que je voyais.

Mais un jour, je t'ai fait de la peine. Beaucoup de peine.

Pourquoi ?

C'est simple, tu as la cafetière fêlée et moi aussi. Seulement nos fêlures sont incompatibles. J'ai donc un jour voulu t'ignorer complètement, simplement. J'ai voulu que nos chemins se séparent définitivement. Toi ta fêlure. Moi la mienne.

Tu en avais pleuré pendant une année! Une année entière...

Malgré ça, un jour, tu as décidé de quitter Santiago pour venir me voir, à San Francisco. C'est ce que tu avais annoncé à tous tes amis avant que je te fasse la peine que je t'avais faite. Tu aurais dû rester alors à Santiago, mais tu n'as pas voulu perdre la face, je pense. Sentiment humain.

Il est si difficile pour un être humain de ne pas être humain.

À ton arrivée, nous nous sommes vus et touchés et nos odeurs et nos parfums se sont enchevêtrés dans les plaisirs de l'oubli de tous les êtres et de tous les néants du monde.

J'étais content, c'est ça, content, vraiment. Je t'ai préparé des feux d'artifice. Je les ai allumés en salves continues. Ça s'appelle la passion amoureuse dans le jargon de tous les ordinaires. J'étais partout dans ta vie, m'as-tu dit. J'ai compris « je suis heureuse d'être avec toi » et je me suis trompé. Lourdement trompé.

J'ai cru que tu m'avais pardonné toute la peine que je t'avais faite, toute la honte dont tu avais risqué de souffrir face à tes amis...

J'avais tort.

Car ton insulte a jailli, brûlante comme le froid le plus dur, de toute sa fulgurance, de toute la noirceur d'un ressentiment que tu voulais camoufler sous une saine colère. Le prétexte en était futile et il aurait mérité que je ne t'adresse plus jamais la parole, sans autre soucis.

Ton insulte a jailli. Elle s'est plantée en moi comme une dague de glace. Inattendue.

« Dégueulasse! » m'as tu lancé ! (Tiens! Prends ça! Petit con!)

Tout ce qui aurait pu nous tenir ensemble s'était avancé en réalité sur un tapis de fleurs qui camouflait un gouffre.

Consciemment ou inconsciemment, j'ai tout fait pour que tout ce qui aurait pu nous lier s'enfonce dans ce gouffre. Le plus profondément. Définitivement. Irrémédiablement.

On ne m'insulte pas, mademoiselle !

Aujourd'hui, tu es retournée à Santiago du Chili en compagnie d'un mort qui ne se débrouille pas mal au piano. Comme fêlure de la cafetière, ce n'est pas mauvais.

De mon côté, je me suis dégoté une nouvelle oie. Elle a un très beau cul et elle rigole sans arrêt, au moins.

Ce n'est pas mal non plus, comme fêlure.







.

Victor.Digiorgi

Messages : 409
Date d'inscription : 10/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre ouverte à une Hache de guerre (suite et fin)

Message  Victor.Digiorgi le Mer 21 Avr - 22:08

.

DA CAPO :



Il eût fallu que tu sois plus sage de la tête !
Il eût fallu que tu sois plus rusée du cœur !
Mais ce fut impossible !
Et puisque ta sagesse et ta ruse t'ont abandonnée,
puisse au moins ta fierté voler de concert avec ta folie !

Mais aussi

Il eût fallu que je sois plus sage de la tête !
Il eût fallu que je sois plus rusé du cœur !
Mais ce fut impossible !
Et puisque ma sagesse et ma ruse m'ont abandonné,
puisse au moins ma fierté voler de concert avec ma folie !





Onirisme, schizophrénie, névrose et paranoïa

.

Victor.Digiorgi

Messages : 409
Date d'inscription : 10/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre ouverte à une Hache de guerre (suite et fin)

Message  Gondolfo le Jeu 22 Avr - 0:34

trois pincées d'opium et un zeste de citron
tois fois par jour et du potiron
une gousse d'oignon la nuit
juste avant minuit

Gondolfo

Messages : 235
Date d'inscription : 10/03/2010
Localisation : Paris city

Voir le profil de l'utilisateur http://thegondolfotravellerpoetclub.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lettre ouverte à une Hache de guerre (suite et fin)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum