Back in the businness

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Back in the businness

Message  Invité le Mar 2 Nov - 14:43

Les licens logicielles, là je ne connais rien. Ceci dit, je ne tire pas sur les licences CC, qui sont très utiles comme contrat type (tout le monde n'a pas forcément l'envie ni le temps de concevoir sa propre licence en détail). Ce que je reproche au système, c'est souvent le manque de transparence dans l'information aux utilisateurs sur l'effet définitif de leur décision (la vraie liberté, la seule qui compte à mes yeux, c'est de pouvoir faire un choix éclairé et ensuite de revenir en arrière si lon s'aperçoit que l'on s'est trompé de voie).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Back in the businness

Message  mon iPhone m'a tuer le Mer 3 Nov - 12:10

Salut

Je n'ai pas de souci avec ce qui dit Ostwand, on en avait parlé. Le problème est assez simple :

- un éditeur traditionnel ne veut (généralement) pas entendre parler des CC car il vit de l'exclusivité (il investit dans le monopole sur un portefeuille d'auteurs et n'entend pas perdre son gagne-pain)
- un éditeur libre comme Scryf ne veut pas entendre parler de © car il vit du partage (il propose des textes gratuits à des lecteurs / critiques, en retour l'auteur gagne ou est censé gagner des conseils, des critiques, des contacts et un public)

Donc il me semble (hélas c'est loin) que nous avions convenu de la chose suivante : on avertit clairement des avantages et inconvénients, mais on ouvre toutes les potentialités de Scryf aux seuls textes CC (vu que Scryf comme communauté n'a aucun intérêt à aider les "free riders" qui veulent juste profiter d'un lectorat critique chez nous pour retirer leur texte ensuite et filer chez un éditeur traditionnel).

Le recul estival aidant, je pense que c'est tenable du point de vue de l'auteur si nous apparaissons comme un vrai éditeur (collectif et libre), c'est-à-dire s'il a le sentiment que son oeuvre trouvera chez nous les meilleures conditions de diffusion.

mon iPhone m'a tuer

Messages : 1422
Date d'inscription : 26/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Back in the businness

Message  nathrrr le Mer 3 Nov - 12:18

Alleluia ! He's back parmi les vivants !
(je peux te dire qu'il y a un Marco qui t'attendait comme le messie)

nathrrr

Messages : 2420
Date d'inscription : 26/02/2010
Localisation : entre deux eaux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.natrrr.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Back in the businness

Message  Vilnus Atyx le Mer 3 Nov - 13:10

mon iPhone m'a tuer a écrit:Le recul estival aidant, je pense que c'est tenable du point de vue de l'auteur si nous apparaissons comme un vrai éditeur (collectif et libre), c'est-à-dire s'il a le sentiment que son œuvre trouvera chez nous les meilleures conditions de diffusion.
Intéressant. Ce dernier point m'interpelle. quelle est l'idée sous-jacente?
Ok sur tout le reste bien sûr (déjà évoqué).

Vilnus Atyx

Messages : 1881
Date d'inscription : 27/02/2010
Localisation : parigi

Voir le profil de l'utilisateur http://www.vilnusatyx.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Back in the businness

Message  mon iPhone m'a tuer le Mer 3 Nov - 14:03

Vilnus Atyx a écrit:
mon iPhone m'a tuer a écrit:Le recul estival aidant, je pense que c'est tenable du point de vue de l'auteur si nous apparaissons comme un vrai éditeur (collectif et libre), c'est-à-dire s'il a le sentiment que son œuvre trouvera chez nous les meilleures conditions de diffusion.
Intéressant. Ce dernier point m'interpelle. quelle est l'idée sous-jacente?

Oh ben c'est tout bête : je suis auteur, j'ai envie d'être publié (sur Scryf), j'attends que Scryf me décrive clairement ce qu'il attend de moi et ce qu'il m'apporte. Quand je vais chez un éditeur traditionnel, je sais à quoi m'attendre : on va (dans le meilleur des cas) me donner des conseils pour améliorer mon texte, le corriger, le mettre en page, l'imprimer et le diffuser, me faire inviter dans des pince-fesses et des médias, m'obtenir des retombées presse, me faire inscrire sur la liste des Prix de rentrée, me rendre riche et célèbre, etc. Il y a plein de choses vaines, sclérosées ou déclinantes dans ce processus, mais néanmoins l'attente d'un auteur restera toujours la même, qu'il soit reconnu comme auteur et accompagné dans son processus de création afin de rencontrer ses lecteurs.

En fait, que l'on s'adresse à l'auteur ou au lecteur, on doit lister ses besoins et tâcher de les remplir aussi bien ou mieux qu'un éditeur / libraire.

Tout cela n'est pas très éloigné de nos échanges pré-estivaux, mais je subodore que nous devrons le formuler plus nettement. Par exemple, un auteur Scryf devrait avoir une idée assez nette et synthétique du parcours de son oeuvre à toutes les étapes : quelles sont ici et maintenant mes opportunités pour améliorer le texte / la mise en page / la diffusion au sein de Scryf / la diffusion en dehors de Scryf / la recherche de sponsors et de crowd-funding / le version papier si je veux, etc.

mon iPhone m'a tuer

Messages : 1422
Date d'inscription : 26/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Back in the businness

Message  Invité le Mer 3 Nov - 21:56

mon iPhone m'a tuer a écrit:Salut
- un éditeur libre comme Scryf ne veut pas entendre parler de © car il vit du partage (il propose des textes gratuits à des lecteurs / critiques, en retour l'auteur gagne ou est censé gagner des conseils, des critiques, des contacts et un public)

Donc il me semble (hélas c'est loin) que nous avions convenu de la chose suivante : on avertit clairement des avantages et inconvénients, mais on ouvre toutes les potentialités de Scryf aux seuls textes CC (vu que Scryf comme communauté n'a aucun intérêt à aider les "free riders" qui veulent juste profiter d'un lectorat critique chez nous pour retirer leur texte ensuite et filer chez un éditeur traditionnel).


Si l'avis d'un utilisateur de base attaché à la diffusion gratuite et à la liberté totale peut être utile, voici le mien :

Ce serait dommage de refuser aux auteurs déposant ici le choix du régime de copyright : pourquoi leur refuser la liberté ?

Personnellement, je n'ai jamais et ne chercherai jamais à diffuser mes récits contre de l'argent, que ce soit en numérique ou en "papier". Si je conçois de passer par un éditeur qui vend, c'est uniquement parce que je n'ai pas les moyens de faire fabriquer ces récits en livres gratuits, sinon je le ferai sans aucune hésitation. J'ai récemment fait le choix d'un petit éditeur non mercantile qui diffuse essentiellement par passion, et cela me convient : les versions "papier" seront payantes mais à prix très modique.

De même, je suis opposé à toute idée d'accorder une exclusivité à un éditeur, c'est un risque d'enfermement à terme.

Je devrais donc être un auteur attiré naturellement vers les licences CC.

Eh bien non. Précisément à cause de leur caractère définitif et non réversible : cette gratuité et cette diffusion sans restriction de mes récits, je veux qu'elle soit toujours un choix libre de ma part, à chaque seconde. Je veux pouvoir me dire : je laisse ces récits libres et gratuits parce que je confirme à chaque seconde mon orientation de vie : pas de diktat de l'argent, et non parce que j'ai pris un jour une option sur laquelle je ne peux plus revenir. Je ne crois pas à la liberté qu'on choisit une fois pour toutes, ce genre de liberté devient très vite, soit un carcan (je ne suis plus vraiment libre), soit un confort mental qui pétrifie (je n'ai plus le choix, c'est irréversible, donc je n'ai plus à me poser de question sur la liberté de mes textes).

Je veux avoir chaque jour et chaque seconde la tentation, et chaque jour et chaque seconde confirmer mon désir de liberté. Raison pour laquelle, même si je les veux libres et gratuits, jamais je ne placerai mes récits sous un régime CC .

Mais ce n'est qu'un avis

C'est un peu pour cela que je suggérais la possibilité d'offrir aux auteurs, en marge des CC proposées, la possibilité de définir eux-mêmes leur licence. Les CC ne sont que des contrats types proposés par un organisme tiers, elles n'ont absolument rien de sacré. Pourquoi ne pas donner aux auteurs la possibilité de définir leur propre licence ? (Par exemple, un auteur pourrait très bien avoir envie de rester, pour les mêmes raisons que moi, hors CC de son vivant, et de prévoir le régime de liberté définitive pour ses textes après sa mort, ce que j'ai fait par dispositions testamentaires).

PS : et je n'ai d'ailleurs pas fait références à ces licences CC car ces contrats type importés des USA m'agacent un peu par leur côté charabia-juridique formaté et incompréhensible. On peut exprimer exactement la même chose d'une manière claire et concise, dans une langue plus élégante que les notices de CC.
(ex : disposition testamentaire autorisant reproduction et diffusion libres sans contrepartie, sans limite de temps par toute personne sans autorisation particulière, sans exclusivité et par tous moyens, sur tous supports et pour tout objet, commercial ou non ; interdiction absolue aux ayants-droits à peine de déchéance testamentaire de s'opposer pour quelque motif et par quelque moyen que ce soit à la diffusion libre) = j'obtiens le même effet qu'une licence CC sans y faire référence.

Mais bon, c'est juste une remarque "esthétique".

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Back in the businness

Message  Vilnus Atyx le Jeu 4 Nov - 0:53

Ostwand a écrit:C'est un peu pour cela que je suggérais la possibilité d'offrir aux auteurs, en marge des CC proposées, la possibilité de définir eux-mêmes leur licence.
Plutôt d'accord avec cela, mais comment le formaliser dans une interface?

Vilnus Atyx

Messages : 1881
Date d'inscription : 27/02/2010
Localisation : parigi

Voir le profil de l'utilisateur http://www.vilnusatyx.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Back in the businness

Message  Invité le Jeu 4 Nov - 2:30

De la manière la plus simple et la plus directe qui soit :

1/Ajouter l'option "Définissez votre licence personnelle" au menu déroulant
2/Si ce choix est fait : une petite fenêtre de texte s'ouvre automatiquement, qui permet à l'auteur d'entrer son texte de licence (éventuellement, prévoir une petite mention : "Entrez ici le texte des conditions et termes de la licence personnelle que vous souhaitez définir pour la diffusion de vos textes sur ce site" - prévoir naturellement la possibilité de faire un copier-coller depuis un traitement de texte extérieur
3/ Faire en sorte que le texte entré s'affiche comme "licence" à l'emplacement prévu pour les autres types de licence.

Ca devrait suffire.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Back in the businness

Message  Vilnus Atyx le Jeu 4 Nov - 2:41

OK pour moi.
Un consensus là dessus?

Vilnus Atyx

Messages : 1881
Date d'inscription : 27/02/2010
Localisation : parigi

Voir le profil de l'utilisateur http://www.vilnusatyx.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Back in the businness

Message  mon iPhone m'a tuer le Jeu 4 Nov - 10:14

Vilnus Atyx a écrit:OK pour moi.
Un consensus là dessus?

Je n'y suis pas opposé, mais le principal point de débat restait : à terme, un texte sous copyright classique peut-il bénéficier de tous les avantages Scryf ?

On n'est pas obligé de statuer maintenant là-dessus, vu qu'au lancement nous aurons surtout besoin d'auteurs. Mais à terme, si notre communauté est assez nombreuse et efficace, et si nous sommes perçus comme un lieu où il n'y a rien de déshonorant à éditer son texte en première intention, je pense que nous serons amenés à clarifier cette question et à choisir un régime juridique des textes en ligne pour éviter des conflits.

Mon opinion sur le fond n'a pas changé : le copyright est mauvais pour le lecteur et pour l'auteur.

mon iPhone m'a tuer

Messages : 1422
Date d'inscription : 26/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Back in the businness

Message  Vilnus Atyx le Jeu 4 Nov - 11:48

Peut-on faire du push avec un texte sous copyrigth?

Vilnus Atyx

Messages : 1881
Date d'inscription : 27/02/2010
Localisation : parigi

Voir le profil de l'utilisateur http://www.vilnusatyx.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Back in the businness

Message  Invité le Jeu 4 Nov - 13:04

mon iPhone m'a tuer a écrit:
Vilnus Atyx a écrit:OK pour moi.
Un consensus là dessus?

Je n'y suis pas opposé, mais le principal point de débat restait : à terme, un texte sous copyright classique peut-il bénéficier de tous les avantages Scryf ?

On n'est pas obligé de statuer maintenant là-dessus, vu qu'au lancement nous aurons surtout besoin d'auteurs. Mais à terme, si notre communauté est assez nombreuse et efficace, et si nous sommes perçus comme un lieu où il n'y a rien de déshonorant à éditer son texte en première intention, je pense que nous serons amenés à clarifier cette question et à choisir un régime juridique des textes en ligne pour éviter des conflits.

Mon opinion sur le fond n'a pas changé : le copyright est mauvais pour le lecteur et pour l'auteur.


Loin demoi l'idée de jouer les avocats du Diable, mais ces questions m'intéressent énormément :

1/ Quels sont exactement au juste les avantages dont il est question, et que des textes sous copyright classique ne devraientpas mériter ?

2/ Il me semble qu'il serait préférable de fonder immédiatement votre choix sur l'éthique - qui semble à juste titre vous tenir à coeur - plutôt que sur la nécessité pratique de vous éviter des débuts pénibles: si vous devez refuser des textes sous copyright, faites-le maintenant, ce sera plus sain. Commencer sur une ligne libérale pour attirer des textes, puis changer de politique une fois la masse suffisante, revient à placer votre politique sous le signe du nécessaire justifiant la fin, ce qui ne semble pas si satisfaisant en regard de votre ligne, justement très orientée éthique.

Sous un angle plus pratique, vous vous retrouverez avec des difficultés matérielles : lorsque vous donnerez ce coup de barre (je pressens qu'il se produira, effectivement, à mon avis une erreur d'ailleurs : le dogmatisme excessif en est toujours une), quel sera le sort des textes déjà diffusés sous l'option Copyright que vous aurez laissée disponible ? Il vous sera impossible sur le plan juridique de les faire basculer immédiatement et automatiquement dans le CC de votre propre autorité. Impossible également de prévoir que, sauf opposition de leur auteur avant un certain délai, manifestée par un retrait, le fait de laisser ses textes chez vous les fera tomber dans le régime CC. Vous devrez donc les identifier un par un, puis adresser une notification à leur auteur, pour l'avertir qu'ils sont désormais indésirables ici, sauf à changer de régime, et ensuite, en cas de refus ou de non réponse, les supprimer de votre base (ou sinon les supprimer d'office, sans processus d'avertissement). Je crains que pour beaucoup d'auteurs, votre décision reste difficilement compréhensible et que ce choix revienne à couper la branche sur laquelle vous êtes assis : la liberté.

Vous risquez, en différant la décision, devous créer des difficultés matérielles de gestion assez considérables, et à mon sens, mieux vaudrait en débattre entre vous et trancher / je crois que c'est une question trop essentielle pour être renvoyée à plus tard : refuser les textes sous copyright classique et exiger des auteurs pour diffuser chez vous, qu'ils placent leurs textes sous régime CC est une décision de dogme (justifiable ou non, là n'est pas la question), et le dogme suppose par essence l'éthique, qui ne se transige pas. Bref, si vous choisissez le dogme du régime CC (après tout, pourquoi pas : il y a bien un dogme du copyright, d'ailleurs tout aussi néfaste à mon avis quand il tire vers l'excès), choisissez aussi l'éthique : vous y gagnerez en clarté et en facilité de gestion

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Back in the businness

Message  Vilnus Atyx le Jeu 4 Nov - 13:26

Je crois que nous sommes tous d'accord sur les avantages de l'accès et l'utilisation libre des textes que nous accueillerons (licences CC, OpenTexte ou licence personnalisée). Il ne s'agit pour aucun d'entre nous il me semble de laisser de côté les questions éthiques, au contraire.
Après, la liberté que nous offrirons aux auteurs s'arrêtera effectivement là où commencera la nôtre, celle de ne pas accepter tout et n'importe quoi. (Acceptons-nous, par exemple, un extrait de 3 pages d'un auteur publié dans la filière papier classique?)

Quant aux fonctionnalité auxquelles ne pourrait prétendre un texte sous copyrigth, je pense au push texte par exemple (Pour résumé, pour ceux qui n'aurait pas tout suivi, un lecteur s'abonne à recevoir les "meilleurs" textes qui correspondent au mieux à ses affinités)... pour des raisons pratiques (envoi de textes sous copyright: légal ?) et "idéologique" (moindre promotion).

Vilnus Atyx

Messages : 1881
Date d'inscription : 27/02/2010
Localisation : parigi

Voir le profil de l'utilisateur http://www.vilnusatyx.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Back in the businness

Message  mon iPhone m'a tuer le Jeu 4 Nov - 13:42

Ostwand a écrit:(...) Bref, si vous choisissez le dogme du régime CC (après tout, pourquoi pas : il y a bien un dogme du copyright, d'ailleurs tout aussi néfaste à mon avis quand il tire vers l'excès), choisissez aussi l'éthique : vous y gagnerez en clarté et en facilité de gestion

Ce n'est pas tant une question de dogme que de nécessité et de cohérence.

Nécessité : il faut bien un cadre juridique quel qu'il soit. Nous avons opté pour la solution la plus libérale : libre choix par l'auteur entre le © ou les différents types de CC.

Cohérence : c'est là qu'intervient sans doute ce que tu nommes "éthique". Notre communauté est fondée sur le partage et elle a notamment pour objectif d'aider les auteurs à trouver de premières lectures critiques pour éprouver leur création, éventuellement l'améliorer. Nous jouons donc ici le rôle d'un comité de lecture élargi (rires) et même un peu plus, puisque l'on ne se contente pas de dire "publiable" ou "non publiable", mais de pointer le cas échéant ce qu'il faudrait améliorer, voire de proposer des services pour cela (rôle de la salle de marché).

Un éditeur classique (commercial papier) fait tout cela mais il protège du copyright son travail. Cela semble cohérent : j'investis dans un auteur / une oeuvre à condition que celui-ci ne me claque pas dans les doigts pour finalement aller s'éditer ailleurs, alors que j'aurai accompli tout le boulot de repérage et dégrossissage d'un texte de valeur.

Un éditeur collectif et non-commercial comme Scryf est confronté au même souci de cohérence, ou plutôt confronte l'auteur à cela. S'il veut bénéficier de lecteurs, de retours critiques, de notoriété, de prix, d'avantages concrets sur la mise en page, la publication ePub, etc., il doit partager son travail. Ici, nous ne sommes pas dans le secret d'alcôve et l'exclusivité commerciale, mais au contraire dans un partage maximal, condition d'efficacité pour trouver des aides dans la communauté et tout simplement pour s'y faire connaître / apprécier. Il paraît donc cohérent de dire à l'auteur : nous ne sommes pas l'antichambre de Gallimard ou Leo Scheer, mais une plateforme d'édition à part entière où votre création est appelée à s'épanouir. Si vous venez juste faire un test sur Scryf pour repartir le plus vite possible vers votre rêve (l'édition commerciale papier), votre place n'est pas ici, continuez à courtiser le vieux monde. Si vous pensez au contraire que votre livre aura un destin d'un nouveau type dans l'édition numérique libre, alors bienvenue. Or, le CC (existant ou à créer avec ton idée de CC à la carte) paraît le cadre juridique le plus cohérent dans cette option, vu que Scryf n'a nulle envie de s'enfermer dans une exclusivité commerciale à la con et que chacun a droit de copie d'une création qui lui plaît par un simple clic (cela, c'est peut-être un "dogme", disons une certaine vision de la liberté de circulation des textes et des idées).

Tout ce que je dis ci-dessus n'a de sens que si Scryf s'assume vraiment comme éditeur – ce que je suggérais hier au détour d'une autre conversation –, c'est-à-dire que la plateforme expose clairement à l'auteur les enjeux concrets et le parcours de son oeuvre dans cette fameuse édition numérique libre.

(Et c'est là où je parle d'un rapport au temps défavorable : au départ, nous serons peu nombreux, peu visibles, avec une plateforme perfectible, l'auteur aura peu d'intérêt à consentir à un éventuel sacrifice du © pour le CC. Mais tu as raison, il vaut mieux être cohérent dès le départ).

Tout cela étant dit, je ne me souviens plus ce que nous avions concrètement décidé pour les textes sous ©. Il me semble qu'ils étaient exclus des prix Scryf, de la critique détaillée et des améliorations en atelier, mais pas des simples commentaires.

mon iPhone m'a tuer

Messages : 1422
Date d'inscription : 26/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Back in the businness

Message  Vilnus Atyx le Jeu 4 Nov - 13:56


Vilnus Atyx

Messages : 1881
Date d'inscription : 27/02/2010
Localisation : parigi

Voir le profil de l'utilisateur http://www.vilnusatyx.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Back in the businness

Message  Vilnus Atyx le Jeu 4 Nov - 13:58


Cela dit, depuis le 3 mars... cyclops

Vilnus Atyx

Messages : 1881
Date d'inscription : 27/02/2010
Localisation : parigi

Voir le profil de l'utilisateur http://www.vilnusatyx.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Back in the businness

Message  mon iPhone m'a tuer le Jeu 4 Nov - 14:16


Je crois que Nathrr s'opposait au système d'édition à l'ancienne, avec comité de sélection secret, orientation littéraire prédifinie, droit de cuissage, évaluation du côté bankable et compagnie.

Quand je dis "éditeur", je pense : tout faire pour que l'auteur finalise son oeuvre et la diffuse le plus largement possible, sachant qu'il n'est pas équipé pour cela (au sens où une fois pondue son oeuvre, il ne sait pas comment faire pour trouver des lecteurs, il délègue ce boulot à l'éditeur). Donc en gros, que l'auteur comprenne bien le parcours, du genre :
étape 1 : comment finaliser votre texte sur Scryf
étape 2 : comment mettre en page votre texte sur Scryf (tous les formats possibles)
étape 3 : comment diffuser votre oeuvre sur Scryf, mais aussi au-delà de Scryf (toutes les plateformes de téléchargement et lecture possibles)
étape 4 : comment intéresser des relais d'opinion à votre oeuvre
Etc.

Avec comme message de motivation : vous ne gagnerez peut-être pas d'argent, mais vous aurez une vision claire de la réception de votre livre, vous serez en contact direct avec votre communauté de lecteurs et à terme, vous serez probablement plus lu que 90% des auteurs de l'édition classique (qui ne gagnent pas d'argent non plus !). Car de fait, pour 90% des auteurs du commercial papier, c'est moins de 500 lecteurs et que dalle en droits d'auteur.

mon iPhone m'a tuer

Messages : 1422
Date d'inscription : 26/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Back in the businness

Message  raspoutine le Ven 5 Nov - 14:34

coucou me revoilou, et toujours motivée (inscrivez-moiiiiiiiiii !) pig

raspoutine

Messages : 208
Date d'inscription : 26/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Back in the businness

Message  Vilnus Atyx le Ven 5 Nov - 14:46

oki Wink

Vilnus Atyx

Messages : 1881
Date d'inscription : 27/02/2010
Localisation : parigi

Voir le profil de l'utilisateur http://www.vilnusatyx.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Back in the businness

Message  raspoutine le Ven 5 Nov - 14:48

Vilnus Atyx a écrit:oki Wink
merki Wink

raspoutine

Messages : 208
Date d'inscription : 26/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Back in the businness

Message  nathrrr le Ven 5 Nov - 16:52

Oups, j'avais raté ce bout de discussion.
Ah, le joli mois de mars ! Ce que Vilnus a rappelé, c'est que je percevais trrrès mal l'idée de nous nommer "éditeur(s)", et cela quelle que soit la réalité derrière le terme.
Si on passe directement sur l'idée de communauté pour s'investir dans la notion d'édition, il va nous falloir d'abord passer outre les a priori.
Certes, le terme est alléchant pour tous ceux que vous qualifiez de wannabes (j'aime pas le mot, il me fait frémir), mais il ramène aussi à tous
ces éditeurs en lignes qui font du business quand ce n'est pas notre truc à nous.
Ce n'est pas un gros mot, bien sûr.
Pourquoi pas si nous parlons d'édition communautaire, et si on ajoute libertaire ça me va bien aussi pirat

nathrrr

Messages : 2420
Date d'inscription : 26/02/2010
Localisation : entre deux eaux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.natrrr.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Back in the businness

Message  Vilnus Atyx le Ven 5 Nov - 16:59

édition communautaire? bounce oui

édition libertaire? cheers I love you cheers I love you cheers I love you cheers I love you cheers I love you cheers I love you

Vilnus Atyx

Messages : 1881
Date d'inscription : 27/02/2010
Localisation : parigi

Voir le profil de l'utilisateur http://www.vilnusatyx.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Back in the businness

Message  mon iPhone m'a tuer le Ven 5 Nov - 22:34

En fait, ce n'est pas forcément le mot "édition", peut-être faut-il en inventer un autre au passage, mais les fonctions que recouvre ce mot, et qui n'ont pas de raison de disparaître tant qu'il y aura des auteurs et des lecteurs.

L'auteur (que nous devons satisfaire avec le lecteur) attend les choses suivantes d'un éditeur commercial papier :
- sélectionner son texte
- corriger / améliorer son texte
- mettre en page son texte
- imprimer son texte
- diffuser son texte vers les lecteurs
- assurer la promotion de son texte
- conserver son texte durablement disponible
- ...et si possible toucher un peu d'argent

Eh bien je pense qu'à un degré ou à un autre, toutes ces fonctions doivent se retrouver sur Scryf, parfois en différent, si possible toujours en mieux. Et je pense qu'il faut le dire assez clairement aux auteurs qui se pointent chez nous, leur expliquer le parcours, leur faire comprendre combien le numérique communautaire peut changer leur vie, rompre leur dépendance avec un système lointain, fermé, opaque et en dernier ressort déclinant (l'édition commerciale papier), système qui pour 90% d'entre eux signifiera : 200 lecteurs pendant 2 mois et puis pilon.



mon iPhone m'a tuer

Messages : 1422
Date d'inscription : 26/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Back in the businness

Message  Vilnus Atyx le Ven 5 Nov - 23:47

Tu la tiens ta charte Wink

Vilnus Atyx

Messages : 1881
Date d'inscription : 27/02/2010
Localisation : parigi

Voir le profil de l'utilisateur http://www.vilnusatyx.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Back in the businness

Message  nathrrr le Ven 5 Nov - 23:50

(à Iph) Oui, bien sûr. Bien sûr bien sûr.

nathrrr

Messages : 2420
Date d'inscription : 26/02/2010
Localisation : entre deux eaux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.natrrr.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Back in the businness

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum