site sur le sujet ebooks

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: site sur le sujet ebooks

Message  mon iPhone m'a tuer le Mer 10 Mar - 19:03

A mon sens, c'est un autre débat, très important : lecteurs ouverts et accès libre aux oeuvres de l'Internet contre lecteurs propriétaires et accès à (dans la majorité des cas) une section limitée de la création dominée par la merde bien marketée.

(Quand je dis "lecteur", ce sont les machines bien sûr : soit le modèle iPad et Kindle, fermés et propriétaires, avec possibilité "orwellienne" d'effacer le contenu, soit un modèle libre, programmable si besoin, prenant tout type de formats payants / non payants, avec ou sans DRM. etc. Cest cela les enjeux politiques et légaux actuels, avec ACTA et compagnie)

mon iPhone m'a tuer

Messages : 1422
Date d'inscription : 26/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: site sur le sujet ebooks

Message  mon iPhone m'a tuer le Mer 10 Mar - 19:09

Nestor Burma a écrit:
On est bien sûr que l'on parle de lecture ????
Lire 10 000 œuvres sur un écran malfoutu, j'ai du mal à y croire.
Lire la doc de la bagnole de mami pourquoi pas,
Mais c'est toujours pas de la lecture.

En fait, je lis déjà sur écran mal foutu (de mon ordi) 80% de ma lecture-travail (= des articles pdf de revues scientifiques, généralement). Pour la lecture-découverte et la lecture-détente, ce n'est pas le cas.

Le débat sur la qualité des lecteurs est assez contingent. Si l'on pose comme postulat : ils seront toujours pourris, il n'y a même pas débat. Si on accepte l'idée qu'ils seront aussi bons que la lecture papier, avec plus de possibilités à côté (notes, citations, etc.), alors c'est juste une question de temps, la course en avant entre constructeurs a commencé (déjà une dizaine de lecteurs en concurrence, avec plusieurs nouveautés importantes attendues). On peut parier qu'il faudra attendre 5 semaines / 5 mois/ 5 ans pour le lecteur idéal, mais c'est indépendant de notre projet principal ici.

mon iPhone m'a tuer

Messages : 1422
Date d'inscription : 26/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: site sur le sujet ebooks

Message  Nestor Burma le Mer 10 Mar - 19:15

mon iPhone m'a tuer a écrit:A mon sens, c'est un autre débat, très important : lecteurs ouverts et accès libre aux oeuvres de l'Internet contre lecteurs propriétaires et accès à (dans la majorité des cas) une section limitée de la création dominée par la merde bien marketée.

(Quand je dis "lecteur", ce sont les machines bien sûr : soit le modèle iPad et Kindle, fermés et propriétaires, avec possibilité "orwellienne" d'effacer le contenu, soit un modèle libre, programmable si besoin, prenant tout type de formats payants / non payants, avec ou sans DRM. etc. Cest cela les enjeux politiques et légaux actuels, avec ACTA et compagnie)

Pour retrouver le frisson des éditions vendues sous le manteau ?
La merde bien marketée se vend, le problème est plutôt là,
La fine fleur de la littérature sur le net puis sur du i-book sera-t-elle seulement lue ?
La question c'est plutôt : comment fabriquer des lecteurs, comment donner envie de lire, j'ai quelques idées, mais personne ne me suivrait :-(((
La question du i-qqchose est très secondaire.

Nestor Burma

Messages : 34
Date d'inscription : 08/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: site sur le sujet ebooks

Message  Nestor Burma le Mer 10 Mar - 19:26

mon iPhone m'a tuer a écrit:
En fait, je lis déjà sur écran mal foutu (de mon ordi) 80% de ma lecture-travail (= des articles pdf de revues scientifiques, généralement). Pour la lecture-découverte et la lecture-détente, ce n'est pas le cas.

Ok, je ne lis que des textes très court sur le net, les textes qui s'expriment en pages sont imprimés.

mon iPhone m'a tuer a écrit:Le débat sur la qualité des lecteurs est assez contingent. Si l'on pose comme postulat : ils seront toujours pourris, il n'y a même pas débat.

On est bien d'accord, je ne crois pas à un âge d'or perdu, avec des lecteurs comme dans les rêves les plus fous.

mon iPhone m'a tuer a écrit:Si on accepte l'idée qu'ils seront aussi bons que la lecture papier, avec plus de possibilités à côté (notes, citations, etc.), alors c'est juste une question de temps, la course en avant entre constructeurs a commencé (déjà une dizaine de lecteurs en concurrence, avec plusieurs nouveautés importantes attendues).

Ok, partons du principe que le lecteur i-book est un type formidable. Mais la lecture avec note en bas de page et citations ne représente quasiment rien dans ce qu'est la lecture. La lecture reste un truc vraiment étrange, qui n'a pas besoin d'accessoires, le livre interactif n'a pas fait très long feu, les livres sont plutôt des récits.

mon iPhone m'a tuer a écrit:On peut parier qu'il faudra attendre 5 semaines / 5 mois/ 5 ans pour le lecteur idéal, mais c'est indépendant de notre projet principal ici.

Le projet ne pose me pas problème, le lecteur non plus, pas besoin d'attendre, mais je crois plutôt à l'idée d'une sphère média sur le net dont le livre papier fait partie, qu'en un module numérique qui se promène de machine en machine.

Nestor Burma

Messages : 34
Date d'inscription : 08/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: site sur le sujet ebooks

Message  max léon le Mer 10 Mar - 19:29

Nestor Burma a écrit:
mon iPhone m'a tuer a écrit:A mon sens, c'est un autre débat, très important : lecteurs ouverts et accès libre aux oeuvres de l'Internet contre lecteurs propriétaires et accès à (dans la majorité des cas) une section limitée de la création dominée par la merde bien marketée.

(Quand je dis "lecteur", ce sont les machines bien sûr : soit le modèle iPad et Kindle, fermés et propriétaires, avec possibilité "orwellienne" d'effacer le contenu, soit un modèle libre, programmable si besoin, prenant tout type de formats payants / non payants, avec ou sans DRM. etc. Cest cela les enjeux politiques et légaux actuels, avec ACTA et compagnie)

Pour retrouver le frisson des éditions vendues sous le manteau ?
La merde bien marketée se vend, le problème est plutôt là,
La fine fleur de la littérature sur le net puis sur du i-book sera-t-elle seulement lue ?
La question c'est plutôt : comment fabriquer des lecteurs, comment donner envie de lire, j'ai quelques idées, mais personne ne me suivrait :-(((
La question du i-qqchose est très secondaire.

Développe donc d'abord, on te dézinguera après, Guy Marchand.

max léon

Messages : 20
Date d'inscription : 09/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: site sur le sujet ebooks

Message  Nestor Burma le Mer 10 Mar - 20:00

Pour qu'un produit se vende,
Il faut qu'il soit désiré,
Désiré à l'extrême, qu'il en arrive à susciter le vol, qu'il en arrive à être un marqueur social dans toutes les couches de la population, comme la voiture, comme les sapes, ou les téléphones portables, et un peu comme la drogue, l'alcool.
Le livre c'est un peu tout cela ensemble.
Il faut donc que les gamins des banlieues aient envie de braquer des librairies,
De fumer des livres, il faut que le livre soit excitant, pas un truc ringard, il l'est déjà, mais personne ne le sait et personne ne le dit.

Il ne faut pas que ce soit un truc pour ceux qui ont toujours eu des livres chez eux, qui sont nés là dedans.

Pour cela, le monde du livre devrait consacrer un vrai gros budget, pour qu'à tous le niveau de la société, le livre soit désirable.
Organiser des manifestations, des fêtes, pas des trucs coincés, se jouer de la télévision et non être son esclave soumis.

Présenter le livre comme un des droits fondamentaux, comme de manger à sa faim, d'être logé, être soigné.

Dans certains secteurs on craque 10% du budget pour créer de l'image autour d'un produit, 10% du PIB du livre, voilà de quoi faire bouger la machine. Mais les Editeurs n'ont pas de clients, juste des gens à qui ils font la grâce de vouloir leur vendre des livres.
On peut aussi faire comme le trafic de drogue, fournir des livres gratuitement pendant un certain temps pour rendre les gens accro, puis les faire payer dès que c'est fait.
Si les acteurs connus, les sportifs, les stars se promènent avec un livre, plutôt qu'avec un téléphone portable, ou une montre, voilà ce qui pourrait changer un peu (il faut trouver des stars crédibles, certaines ne savent pas lire).
On peut aussi organiser des braquages de librairie, pour que les média s'y intéressent.

A+

Nestor Burma

Messages : 34
Date d'inscription : 08/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: site sur le sujet ebooks

Message  le koala le Jeu 11 Mar - 13:43

10% d'investissement sur la promo... ? Mais à mon avis, cher Nestor Kapator, on les a déjà. ... Sur les bouquins de Stephanie Meyer ou de Sophie Kinsella: c'est tout le problème ! Ca n'est pas le cas dans le "milieu-du-livre" en général, soit. Mais l'exercice a ses limites. Instrumentaliser (ou: mobiliser) les stars ? Pourquoi pas ? On imagine fort bien Paris Hilton lire "Splendeur et misère des courtisanes". L'idée est réjouissante. sauf qu'elle ne le fera jamais, évidemment, la "pauvrette" ! Fourguer "en avoir ou pas" à Christiano Ronaldo et le le "Portrait de Dorian Gray" à Beckham ? Tentant ! Mais pas possible. ces gens-là ont une autre image. néanmoins, il y a desintellectuels qui, à l'inverse, jouent les starlettes: voyez BHL ...

Non, je crois que pour la lecture il faut carrémment imaginer d'autres modes de promotion. Commencer à réinvestir le milieu scolaire, en remontant la pente, déjà dans les établissements qui se tiennent et qui ne se sont pas encore transformés en réserves pour prédateurs en voie d'apparition ... ce serait pas si mal ...

le koala

Messages : 24
Date d'inscription : 04/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: site sur le sujet ebooks

Message  Michel M le Jeu 11 Mar - 15:14

Une fois le lecteur acheté, le livre numérique c'est la littérature mondiale libre de droits (ou en creative commons ouvert) pour 0 euros ...

Tu es sûr de ça I-Phone ? et les droits d'auteurs ?

Personnellement, je n'ai pas de lecteur numérique, j'apprécie beaucoup les livres en tant qu'objet, format, couverture, qualité de papier, typographie, odeur, cela dit, je suis aussi déjà confronté à des problèmes de place, qui pourrait donner tout son sens au lecteur numérique ... j'essaierai à l'occasion ...

Michel M

Messages : 366
Date d'inscription : 07/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: site sur le sujet ebooks

Message  mon iPhone m'a tuer le Jeu 11 Mar - 15:24

On lit déjà beaucoup : cf. livres comme premier bien culturel avec un peu moins de 50% du marché à lui tout seul, cf. marché de la presse et cf. surtout Internet comme réseau très largement dominé par le texte, donc la lecture.

Le temps de lecture n'est pas extensible à l'infini chez l'individu, ni à mon avis le goût de la lecture dans une population : pourquoi le grand lecteur (dont je suis) voudrait-il à tout prix que les joueurs de foot lui ressemble ? Si un joueur de foot avait la démarche inverse, je le renverrai... dans ses dix-huit mètres !

Si un enfant fuit devant le livre, on peut (comme Nestor Burma) se dire qu'il faut réinventer mille et une manières de faire aimer le même support (livre). On peut aussi se dire que d'autres supports parviendront peut-être à produire le même effet (lecture comme découverte d'un récit).

mon iPhone m'a tuer

Messages : 1422
Date d'inscription : 26/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: site sur le sujet ebooks

Message  Michel M le Jeu 11 Mar - 15:29

mon iPhone m'a tuer a écrit:[
Une fois le lecteur acheté, le livre numérique c'est la littérature mondiale libre de droits (ou en creative commons ouvert) pour 0 euros –

Tu en es sûr ? J'insiste un peu, mais je ne comprends plus où se situent les droits d'auteurs.

Michel M

Messages : 366
Date d'inscription : 07/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: site sur le sujet ebooks

Message  mon iPhone m'a tuer le Jeu 11 Mar - 15:30

Michel M a écrit:Une fois le lecteur acheté, le livre numérique c'est la littérature mondiale libre de droits (ou en creative commons ouvert) pour 0 euros ...
Tu es sûr de ça I-Phone ? et les droits d'auteurs ?

J'ai précisé "libre de droits". Globalement, mais c'est un autre débat, je suis favorable à la modification complète des droits de propriété intellectuelle, je trouve lamentable qu'un texte soit obligatoirement dans le domaine marchand jusqu'à 70 ans après la mort de son auteur. Pour le dire simplement : tout texte (même récent) devrait être en consultation libre sur Internet, comme il l'est dans une bibliothèque. Mais je doute que les éditeurs partagent mon point de vue, et s'ils freinent des quatre fers le livre numérique (en France, mais aussi bien aux Etats-Unis), c'est bien à cause de cela : on va reproduire le schéma de la musique, c'est-à-dire essayer de contrer la pente naturelle de l'esprit humain (partager librement ses découvertes, comme je prête ou donne tous les livres qui m'ont plu à des amis) et essayer de fliquer/propriétariser l'Internet.

mon iPhone m'a tuer

Messages : 1422
Date d'inscription : 26/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: site sur le sujet ebooks

Message  Michel M le Jeu 11 Mar - 15:56

mon iPhone m'a tuer a écrit:


J'ai précisé "libre de droits". Globalement, mais c'est un autre débat, je suis favorable à la modification complète des droits de propriété intellectuelle, je trouve lamentable qu'un texte soit obligatoirement dans le domaine marchand jusqu'à 70 ans après la mort de son auteur. Pour le dire simplement : tout texte (même récent) devrait être en consultation libre sur Internet, comme il l'est dans une bibliothèque. Mais je doute que les éditeurs partagent mon point de vue, et s'ils freinent des quatre fers le livre numérique (en France, mais aussi bien aux Etats-Unis), c'est bien à cause de cela : on va reproduire le schéma de la musique, c'est-à-dire essayer de contrer la pente naturelle de l'esprit humain (partager librement ses découvertes, comme je prête ou donne tous les livres qui m'ont plu à des amis) et essayer de fliquer/propriétariser l'Internet.

"libre de droits" signifie bien, que l'heureux possesseur d'un e-reader aurait accès à la littérature mondiale, sans avoir à débourser le moindre kopeck, ça me paraît tout de même un peu utopique ... il y a là du travail, de la valeur ajoutée, je ne comprends pas bien comment un auteur pourrait tranquillement abandonner son boulot à la multitude, sans exiger le moindre retour, alors que n'importe quel travail est rémunéré

Je ne sais pas si la pente naturelle de l'esprit humain est aussi orientée vers le partage que tu le sous-entends, j'ai même de sérieux doutes ... mais il faut que je file, gagner ma croûte ..

Michel M

Messages : 366
Date d'inscription : 07/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: site sur le sujet ebooks

Message  Nestor Burma le Jeu 11 Mar - 17:07

mon iPhone m'a tuer a écrit:
J'ai précisé "libre de droits". Globalement, mais c'est un autre débat, je suis favorable à la modification complète des droits de propriété intellectuelle, je trouve lamentable qu'un texte soit obligatoirement dans le domaine marchand jusqu'à 70 ans après la mort de son auteur. Pour le dire simplement : tout texte (même récent) devrait être en consultation libre sur Internet, comme il l'est dans une bibliothèque. Mais je doute que les éditeurs partagent mon point de vue, et s'ils freinent des quatre fers le livre numérique (en France, mais aussi bien aux Etats-Unis), c'est bien à cause de cela : on va reproduire le schéma de la musique, c'est-à-dire essayer de contrer la pente naturelle de l'esprit humain (partager librement ses découvertes, comme je prête ou donne tous les livres qui m'ont plu à des amis) et essayer de fliquer/propriétariser l'Internet.

Je crois que tu vois tout en noir,
Les Editeurs ne sont ni des salauds, ni des robins-des-bois, juste des gens qui essayent de faire des livres.
Un livre coûte cher, il faut donc trouver du fric.
Les médecins ont la sécu, les enseignants ont les impôts, les éditeurs (avec leurs auteurs bien sûr) qui sont à la fois médecins et enseignants, n'ont que la vente des livres.
Alors gratuit, ok pour moi, mais il faut que mon vigneron et mon boucher fasse de même.
Tout cela n'est pas sérieux.
Pour partager, il suffit de lire un livre à plusieurs, sans pour autant dépouiller éditeurs et auteurs.
Et puis si un éditeur gagne des ronds, c'est pas pour flamber avec des filles dans des palaces, mais pour éditer les livres suivants.

Nestor Burma

Messages : 34
Date d'inscription : 08/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Opération Burma

Message  nic le Jeu 11 Mar - 17:21

S'il te plait, Nestor, ne lance pas Iph sur ce sujet, sa belle matière grise doit rester concentrée sur les fonctionnalités de la plateforme à créer ! javascript:emoticonp('study')

nic

Messages : 813
Date d'inscription : 07/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: site sur le sujet ebooks

Message  Nestor Burma le Jeu 11 Mar - 17:25

nic a écrit:S'il te plait, Nestor, ne lance pas Iph sur ce sujet, sa belle matière grise doit rester concentrée sur les fonctionnalités de la plateforme à créer ! javascript:emoticonp('study')

Fonctionnalités,
Ok, on est bien d'accord,
Mais faut justement faire une analyse fonctionnelle,
C'est justement l'objet de mes remarques.

Nestor Burma

Messages : 34
Date d'inscription : 08/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: site sur le sujet ebooks

Message  mon iPhone m'a tuer le Jeu 11 Mar - 19:59

Michel M a écrit:
"libre de droits" signifie bien, que l'heureux possesseur d'un e-reader aurait accès à la littérature mondiale, sans avoir à débourser le moindre kopeck, ça me paraît tout de même un peu utopique ... il y a là du travail, de la valeur ajoutée, je ne comprends pas bien comment un auteur pourrait tranquillement abandonner son boulot à la multitude, sans exiger le moindre retour, alors que n'importe quel travail est rémunéré
Je ne sais pas si la pente naturelle de l'esprit humain est aussi orientée vers le partage que tu le sous-entends, j'ai même de sérieux doutes ... mais il faut que je file, gagner ma croûte ..

Concrètement, si Google et bien d'autres numérisent des millions d'ouvrages libres de droits (= antérieurs au XXe siècle), c'est pour les proposer aux lecteurs. Donc sans même entrer dans un débat de fond sur la propriété intellectuelle aujourd'hui, je ne serai plus obligé de dépenser de l'argent si je veux lire Aristote, Platon, Cicéron et quelques dizaines de milliers d'autres auteurs dans le domaine public.

Sur le droit d'auteur et sur le fond, mieux vaut débattre ici où j'expose plus clairement mes vues. Si un auteur écrit, et plus généralement si un créateur crée, ce n'est pas pour enfermer son oeuvre mais pour la faire découvrir aux autres : voilà ce que j'entends par "partage", le fait que l'esprit humain produit et consomme en permanence des oeuvres de l'esprit. Enfermer artificiellement ces oeuvres dans la rareté ne mène pas à grand chose à mon avis. Or, le numérique pose ce problème-là : la possibilité d'une abondance à moindre coût, jadis impossible avec l'imprimé. Un éditeur papier prenait (et prend) un gros risque d'investissement pour faire découvrir une oeuvre au public, sur le support le plus pratique (livre). Dès lors qu'un clic produit en dix minutes un milliards d'exemplaires du livre (numérique), vous comprenez bien que la problématique a changé, on ne peut pas faire "comme si" les conditions techniques de diffusion du savoir étaient neutres.


Dernière édition par mon iPhone m'a tuer le Jeu 11 Mar - 20:19, édité 1 fois

mon iPhone m'a tuer

Messages : 1422
Date d'inscription : 26/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: site sur le sujet ebooks

Message  mon iPhone m'a tuer le Jeu 11 Mar - 20:18

Nestor Burma a écrit:
Un livre coûte cher, il faut donc trouver du fric.
(..)

Nestor, tout le problème est là : un livre numérique ne coûte pas cher du tout en production et diffusion, contrairement au livre papier. C'est une réalité, pas une hypothèse : une fois un fichier finalisé (ce qui prend du temps), ce sont des robots qui le dupliquent et l'envoient au bout du monde en une demi-seconde. Quand Google Editions va ouvrir l'été prochain, vous allez d'un seul coup avoir une librairie avec des millions de références sur tous supports lecteurs, en un clic vous chargerez les Essais de Montaigne et cela deviendra peu à peu la référence dans l'esprit du public. Quand on voit un bouquin dans une librairie, on comprend bien qu'il a fallu plein de savoir-faire intermédiaires pour aller du cerveau de l'auteur à l'objet imprimé que l'on tient dans ses mains et dans un lieu donné, on serait incapable de le faire chez soi. Quand on clique sur Google, cela change : chacun peut dans son coin scanner un livre et l'ajouter au pot commun, ou bien sûr placer son propre fichier de livre, et chacun voit bien qu'un seul clic matérialise le transfert du livre. Donc, on n'est plus dans la même réalité ni le même imaginaire.

mon iPhone m'a tuer

Messages : 1422
Date d'inscription : 26/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: site sur le sujet ebooks

Message  Nestor Burma le Jeu 11 Mar - 21:32

Je ne crois du tout qu'il puisse y avoir un lien entre les clics et les lectures des œuvres téléchargées,
C'est juste un vieux reflex de possession,
Du genre, on verra cela pour plus tard, mais sans grande conviction.
Et puis un livre non imprimé coûte cher à moins de piétiner le droit d'auteur et de faire de la mise en page automatique, etc etc.

Nestor Burma

Messages : 34
Date d'inscription : 08/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: site sur le sujet ebooks

Message  mon iPhone m'a tuer le Jeu 11 Mar - 22:26

Nestor Burma a écrit:Je ne crois du tout qu'il puisse y avoir un lien entre les clics et les lectures des œuvres téléchargées,
C'est juste un vieux reflex de possession,
Du genre, on verra cela pour plus tard, mais sans grande conviction.
Ben si, c'est évident. Exemple : ma fille doit lire Phèdre pour l'école, je dois lire La richesse des nations pour un boulot, mon frère a envie de lire mon chef d'oeuvre (à venir) sur la plage... dans tous ces cas précis, le livre est téléchargeable.

Je ne dis pas : chaque personne va télécharger 10 millions de livres (cela n'a en effet aucun sens), mais chaque personne aura de plus en plus de chances de trouver son bonheur parmi des millions de livres en ligne. (Accessoirement, il n'y aura pas "possession" chez Google Editions, ils ont annoncé que ce serait en "cloud" comme les Google Docs par exemple. Cela limite l'accès aux zones connectées, sauf erreur – Kuranes ?).


Et puis un livre non imprimé coûte cher à moins de piétiner le droit d'auteur et de faire de la mise en page automatique, etc etc.
Il coûte simplement moins cher. Et le but de la plateforme dont on discute est de le rendre moins cher encore : produire en ligne un système de correction, relecture, mise en page, etc. tout le travail de préparation du texte qui est le boulot actuel de... l'éditeur (désolé pale ).

mon iPhone m'a tuer

Messages : 1422
Date d'inscription : 26/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: site sur le sujet ebooks

Message  Nestor Burma le Ven 12 Mar - 11:07

mon iPhone m'a tuer a écrit:
Nestor Burma a écrit:Je ne crois du tout qu'il puisse y avoir un lien entre les clics et les lectures des œuvres téléchargées,
C'est juste un vieux reflex de possession,
Du genre, on verra cela pour plus tard, mais sans grande conviction.
Ben si, c'est évident. Exemple : ma fille doit lire Phèdre pour l'école, je dois lire La richesse des nations pour un boulot, mon frère a envie de lire mon chef d'oeuvre (à venir) sur la plage... dans tous ces cas précis, le est téléchargeable.

Je vois pas en quoi cela va développer la lecture, c'est juste un déplacement relativement contre productif, sauf bien sûr dans le cas du chef d'œuvre à venir, ou dans ce cas, la formule wouebisable trouve sa place.

mon iPhone m'a tuer a écrit:Je ne dis pas : chaque personne va télécharger 10 millions de livres (cela n'a en effet aucun sens), mais chaque personne aura de plus en plus de chances de trouver son bonheur parmi des millions de livres en ligne. (Accessoirement, il n'y aura pas "possession" chez Google Editions, ils ont annoncé que ce serait en "cloud" comme les Google Docs par exemple. Cela limite l'accès aux zones connectées, sauf erreur – Kuranes ?).

Comme tout ce propose google est déjà disponible cela ne change strictement rien à l'offre, c'est juste l'illusion du gratuit, et l'obligation de faire tourner des tours de serveurs, donc des centrales thermiques ou nucléaires, pour lire des livres que l'on trouve à peu près partout, rien de génial ni nouveau.

mon iPhone m'a tuer a écrit:
Il coûte simplement moins . Et le but de la plateforme dont on discute est de le rendre moins encore : produire en ligne un système de correction, relecture, mise en page, etc. tout le travail de préparation du texte qui est le boulot actuel de... l'éditeur (désolé pale ).

C'est l'organisation du low cost version , et peut importe que vous piquiez du boulot aux éditeurs, mais si le moins est votre valeur ajoutée, vous n'allez pas aller bien loin. La seule hypothèse constructive, c'est le work-in-progress aux yeux de tous, et ensuite le papier valide le travail abouti.

L'hypothèse que le potentiel de lecture des "clients" du monde du livre soit extensible me semble un contresens. Les clics, faciles faut le reconnaitre, ne correspondent pas à la lecture. La lecture n'est pas la musique, celle-ci étant présente partout, ascenseur, restaurant, bureau, domicile et en permanence. La lecture est un plaisir solitaire, et le temps imparti est limité.

Nestor Burma

Messages : 34
Date d'inscription : 08/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: site sur le sujet ebooks

Message  mon iPhone m'a tuer le Ven 12 Mar - 11:46

Nestor Burma a écrit:
Je vois pas en quoi cela va développer la lecture, c'est juste un déplacement relativement contre productif, sauf bien sûr dans le cas du chef d'œuvre à venir, ou dans ce cas, la formule wouebisable trouve sa place.

Je ne comprends pas : en quoi est-il "contreproductif" de télécharger gratuitement un livre numérique du domaine public plutôt que devoir acheter ce livre en format papier?

Comme tout ce propose google est déjà disponible cela ne change strictement rien à l'offre, c'est juste l'illusion du gratuit, et l'obligation de faire tourner des tours de serveurs, donc des centrales thermiques ou nucléaires, pour lire des livres que l'on trouve à peu près partout, rien de génial ni nouveau.
Un livre numérique et un livre papier ont tous les deux un coût énergétique. Mais enfin, si vous essayez de me faire croire que l'encre, le papier, le vernis, l'offset, le stockage intermédiaire, le transport camion (de l'imprimeur au diffuseur, du diffuseur au libraire, du retour), le transport client,les envois postaux, le pilon, le stockage final ont un coût énergétique et environnemental nul, cela me fait un peu marrer. Vous pensez sérieusement que 500.000 objets livres de Marc Lévy distribués individuellement à 500.000 lecteurs dans chaque recoin de France, c'est moins coûteux que les mêmes distribués numériquement? (Vous me direz un serveur et un reader coûtent cher eux aussi, la différence est qu'ils permettent de stocker / échanger des millions de titres différents avec la même consommation énergétique, alors que dans le papier, chaque titre, chaque exemplaire et chaque lecteur représentent un coût unitaire de production/déplacement dans le monde physique ; c'est donc sans comparaison).


C'est l'organisation du low cost version , et peut importe que vous piquiez du boulot aux éditeurs, mais si le moins est votre valeur ajoutée, vous n'allez pas aller bien loin. La seule hypothèse constructive, c'est le work-in-progress aux yeux de tous, et ensuite le papier valide le travail abouti.
Work in progress en ligne, c'est en effet un des objectifs de la plateforme : on voit à quoi ressemblent des manuscrits bruts, et on voit à quoi ressemble un travail sur un manuscrit en vue de le rendre publiable. Et ensuite... le papier ou le numérique valide tout cela, c'est l'auteur qui choisit. Si vous venez sur la plateforme, vous êtes libre de proposer vos services d'éditeur papier à un auteur dont vous appréciez le travail.


Dernière édition par mon iPhone m'a tuer le Ven 12 Mar - 13:19, édité 1 fois

mon iPhone m'a tuer

Messages : 1422
Date d'inscription : 26/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: site sur le sujet ebooks

Message  Nestor Burma le Ven 12 Mar - 13:09

mon iPhone m'a tuer a écrit:
Je ne comprends pas : en quoi est-il "contreproductif" de télécharger gratuitement un livre numérique du domaine public plutôt que devoir acheter ce livre en format papier?

Si l'on admet que le temps de lecture n'est pas extensible à l'infini (moins que le temps d'écoute, ou de vision d'écran), autant profiter de toute rentrée d'argent. Le livre numérique ne profite qu'aux titan du net, qui ne sont pas plus sympatique que les titan du livre, mais beaucoup plus riche donc plus dangereux. Ce transfert me semble contre productif, et de plus récolter les fruit d'un monde que l'on pousse vers le gouffre me semble assez cynique, beaucoup trop pour moi.

mon iPhone m'a tuer a écrit:Un livre numérique et un livre papier ont tous les deux un coût énergétique. Mais enfin, si vous essayez de me faire croire que l'encre, le papier, le vernis, l'offset, le stockage intermédiaire, le transport camion (de l'imprimeur au diffuseur, du diffuseur au libraire, du retour), le transport client,les envois postaux, le pilon, le stockage final ont un coût énergétique et environnemental nul, cela me fait un peu marrer.

Il ne s'agit pas de se marrer, ce n'est pas drôle.
La différence entre numérique téléchargeable et le livre papier, ce n'est pas le bilan carbone, d'UN PdF et de son transport, comparer à celui d'UN livre papier et de son transport. Il s'agit de mesurer la relation appétence/lecture, l'appétence numérique permet vu son coût de passer directement à la possession, mais celle-ci n'entraine pas de lecture, dans le monde papier l'acte d'achat permet de lier intimement la possession de la lecture.
On peut imaginer qu'un livre acheté sur deux sera lu au moins une fois, pour un Pdf gratuit je ne suis pas sûr que l'on atteigne 1/1000.
Si l'on compare les bilan des deux produits, c'est 1 d'un côté et 500 de l'autre, quel gâchis, heureusement que la bouffe virtuelle n'existe pas.


mon iPhone m'a tuer a écrit:Work in progress en ligne, c'est en effet un des objectifs de la plateforme : on voit à quoi ressemble des manuscrits bruts, et on voit à quoi ressemble un travail sur un manuscrit en vue de le rendre publiable.

C'est la seule démarche qui me semble intéressante.

mon iPhone m'a tuer a écrit:Et ensuite... le papier ou le numérique valide tout cela, c'est l'auteur qui choisit. Si vous venez sur la plateforme, vous êtes libre de proposer vos services d'éditeur papier à un auteur dont vous appréciez le travail.

Ok,
Mais dans notre maison d'édition le Work-in-progress est intégré, il n'est pas public, c'est tout, les trucs finis tout prêt ce n'est pas notre vocation.

A+

Nestor Burma

Messages : 34
Date d'inscription : 08/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: site sur le sujet ebooks

Message  mon iPhone m'a tuer le Ven 12 Mar - 13:34

Nestor Burma a écrit:
Si l'on admet que le temps de lecture n'est pas extensible à l'infini (moins que le temps d'écoute, ou de vision d'écran), autant profiter de toute rentrée d'argent. Le livre numérique ne profite qu'aux titan du net, qui ne sont pas plus sympatique que les titan du livre, mais beaucoup plus riche donc plus dangereux. Ce transfert me semble contre productif, et de plus récolter les fruit d'un monde que l'on pousse vers le gouffre me semble assez cynique, beaucoup trop pour moi.
En fait, ce temps est simplement le temps de veille que l'on décide de consacrer à la lecture : ce peut être zéro minute ou huit heures. Sur le net comme sur le papier, vous avez des gros et des petits (il me semble que vous faisiez cette remarque) et la supposée tyrannie de Google ne me fait pas spécialement adorer la dictature de Galligrasseuil. Sur le monde que l'on pousse vers le gouffre, je ne comprends pas trop : les imprimeurs ont commencé par imprimer les textes des copistes, vouliez-vous qu'ils ignorent tout ce qui avait précédé ? Chaque nouveau media de l'écriture absorbe et transmet l'héritage du précédent. Quel cynisme ??


La différence entre numérique téléchargeable et le livre papier, ce n'est pas le bilan carbone, d'UN PdF et de son transport, comparer à celui d'UN livre papier et de son transport. Il s'agit de mesurer la relation appétence/lecture, l'appétence numérique permet vu son coût de passer directement à la possession, mais celle-ci n'entraine pas de lecture, dans le monde papier l'acte d'achat permet de lier intimement la possession de la lecture.
On peut imaginer qu'un livre acheté sur deux sera lu au moins une fois, pour un Pdf gratuit je ne suis pas sûr que l'on atteigne 1/1000.
Si l'on compare les bilan des deux produits, c'est 1 d'un côté et 500 de l'autre, quel gâchis, heureusement que la bouffe virtuelle n'existe pas.
D'une part, il faudrait quantifier : personnellement, je charge les pdf dont j'ai besoin et je les lis, croyez-vous que les gens vont perdre du temps et de l'énergie à cliquer à l'aveugle et encombrer leur disque dur ?
D'autre part, le cloud computing ne produit aucun gâchis (le fichier concerné reste dans le serveur, vous accédez si besoin depuis le terminal).


Mais dans notre maison d'édition le Work-in-progress est intégré, il n'est pas public, c'est tout, les trucs finis tout prêt ce n'est pas notre vocation.
Oui, cette absence de transparence (bien compréhensible d'ailleurs) nourrit beaucoup de fantasmes sur le monde de l'édition papier (cf blog de Wrath). Il faut bien admettre que l'édition papier en profite aussi : "nous, éditeurs, sommes seuls capables d'accompagner un auteur dans la production de son texte final". Il me semble qu'en exposant en ligne les nombreuses étapes allant du brut au fini, on explique aussi au fameux "wannabe" les réalités de l'édition, les efforts nécessaires pour produire une oeuvre de qualité, l'utilité des correcteurs, des relecteurs, des graphistes, etc.

mon iPhone m'a tuer

Messages : 1422
Date d'inscription : 26/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: site sur le sujet ebooks

Message  raspoutine le Ven 12 Mar - 14:01

Nestor Burma a écrit:La lecture n'est pas la musique, celle-ci étant présente partout, ascenseur, restaurant, bureau, domicile et en permanence. La lecture est un plaisir solitaire, et le temps imparti est limité.

oui mais non, même si ce n'est qu'une métaphore, la musique qui est "partout" n'est pas la même que celle qui est aussi un plaisir solitaire et dont le temps imparti est limité

dans ce cas, on peut dire qu'il y a aussi de la lecture "partout" - sur les pubs, les destinations des bus, les manchettes des journaux dans les kiosques, etc.

plus loin, la numérisation du livre pourrait aussi créer une "nouvelle" lecture - j'ai un proche par exemple qui ne va jamais au supermarché sans emmener avec lui 1 ou 2 pages du Monde, qu'il lit dans la queue, parce qu'il ne supporte pas ce "temps perdu" ; s'il avait un iPhone, il pourrait d'ores et déjà le faire de façon plus "pratique"

le livre numérique va certes remplacer des usages, mais aussi en créer d'autres, et donc les diversifier - à mon avis

raspoutine

Messages : 208
Date d'inscription : 26/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: site sur le sujet ebooks

Message  Nestor Burma le Ven 12 Mar - 14:15

mon iPhone m'a tuer a écrit:
En fait, ce temps est simplement le temps de veille que l'on décide de consacrer à la lecture : ce peut être zéro minute ou huit heures. Sur le net comme sur le papier, vous avez des gros et des petits (il me semble que vous faisiez cette remarque) et la supposée tyrannie de Google ne me fait pas spécialement adorer la dictature de Galligrasseuil.

Le lecteur ciblé ne lira pas plus, que ce soit Mr Google ou Mr Galligrasseuil qui l'alimente. Alors le problème reste entier.

mon iPhone m'a tuer a écrit: Sur le monde que l'on pousse vers le gouffre, je ne comprends pas trop : les imprimeurs ont commencé par imprimer les textes des copistes, vouliez-vous qu'ils ignorent tout ce qui avait précédé ? Chaque nouveau media de l'écriture absorbe et transmet l'héritage du précédent. Quel cynisme ??

Imprimeur-éditeur-copiste c'est le même monde, le net c'est autre chose, le net est vorace et cynique.

mon iPhone m'a tuer a écrit:D'une part, il faudrait quantifier : personnellement, je charge les pdf dont j'ai besoin et je les lis, croyez-vous que les gens vont perdre du temps et de l'énergie à cliquer à l'aveugle et encombrer leur disque dur ?

Oui bien sûr, nous des PdF de qq pages de nos livres qui sont téléchargés des centaines de milliers de fois, sans que les ventes du livres évoluent de façon significative, c'est du téléchargement compulsif.

mon iPhone m'a tuer a écrit:D'autre part, le cloud computing ne produit aucun gâchis (le fichier concerné reste dans le serveur, vous accédez si besoin depuis le terminal).

La consommation est lié au transit et au volume de données, c'est très simple.

mon iPhone m'a tuer a écrit:Oui, cette absence de transparence (bien compréhensible d'ailleurs) nourrit beaucoup de fantasmes sur le monde de l'édition papier (cf blog de Wrath).

Il ne s'agit pas de cela, mais tout simplement, un problème de paresse, et de temps pour mettre cela en partage sur le woueb.
Je le fais dans un domaine que l'édition, plus personnel, un Work-in-progress en ligne.

mon iPhone m'a tuer a écrit:Il faut bien admettre que l'édition papier en profite aussi : "nous, éditeurs, sommes seuls capables d'accompagner un auteur dans la production de son texte final". Il me semble qu'en exposant en ligne les nombreuses étapes allant du brut au fini, on explique aussi au fameux "wannabe" les réalités de l'édition, les efforts nécessaires pour produire une oeuvre de qualité, l'utilité des correcteurs, des relecteurs, des graphistes, etc.

Je ne me reconnais pas dans le "nous éditeurs", nous travaillons dans un secteur particulier, avec des méthodes particulières elles aussi (tout cela est connu, nous ne sommes pas des inventeurs, et notre CA est bien modeste), méthode basé sur le travail d'équipe, il n'y a pas des auteurs et un éditeur, mais une équipe et un projet et pas de secret de fabrication.

Nestor Burma

Messages : 34
Date d'inscription : 08/03/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: site sur le sujet ebooks

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum